Oni no Takamori

Aller en bas

Oni no Takamori

Message  Takamori le Mar 17 Avr - 20:07

Takamori

747 ans & ♂YōkaïYōkai no Shihai ni YūriPeintreOni
Qui suis-je ? Voilà une question, ma foi, fort peu surprenante.

J’imagine que je suis de ces êtres qui ne passent pas inaperçus. Au milieu des humains, je dénote par ma taille pour commencer, mais aussi par ma chevelure ou encore, mon regard. Car je mesure plus d’un mètre quatre-vingt, ce qui est au-delà du japonais typique. Car j’ai une chevelure aussi argentée que l’éclat de la pleine lune. Car mes yeux sont d’un bleu aussi froid que l’eau d’un lac gelé. Et ne parlons pas de la fresque qui recouvre mon corps, des poignets jusqu’aux cuisses, en passant par mon torse et mon dos… sans oublier mon fessier. Mais j’en conviens, s’il n’y avait que cela, au moins paraîtrais-je encore humain. Ce serait sans compter les quatre cornes qui ornent mon front. Deux aussi sombres que le sable ferreux de nos rivières, et deux autres discrètes, de la couleur de ma chair.

Pour tout vous dire, je paraîtrais plus amical, moins malfaisant, si je souriais. Mais les sourires sont rares, fugaces, sur mon faciès. Mes lèvres sont bien souvent pincées, et mises en commun avec mon regard implacable ou mon port altier : on peut aisément croire que je suis suffisant.
Hautain est un terme qui peut venir dans la bouche de ceux qui m’observent marcher, avec détermination. Je sais ce que je veux, du moins c’est l’impression que je donne.

Ma voix se veut grave, avec une touche de sensualité qui me déplait au plus haut point. Alors, j’essaie de la rendre le plus monocorde possible. Je n’aime pas cette voix. Sa tonalité transporte, et met à l’aise, alors que je l’aurais aimée coupante, sèche. Ce n’est pas ce que je désirais comme timbre. Au moins, ce n’est pas comme ma « vraie » voix. Sous mon autre forme, elle est d’une vulgarité gutturale à me tirer un soupir de désespoir.

En parlant de forme, oui… ce que je décris ici est mon apparence quotidienne. La plus humanoïde dont je dispose. Ma véritable apparence ? Je mesure deux mètres quinze. Ce n’est pas si grand que cela pour un Oni, je précise ! Ma peau est bleue, un bleu froid comme mes yeux. Néanmoins, il est amusant de constater que mon irezumi parcourt encore mon corps même sous cette forme. Le blanc de l’œil devient d’un noir d’encre, et l’iris reste bleu, mais fendu. Ma gueule est grande, pleine de crocs blancs.

Ce corps est une montagne de muscles, tout en force et en violence. Mes larges mains manipulent alors un nodachi comme si c’était un vulgaire tachi, risible n’est-ce point ? Mais outre la forte consommation de yoki pour prendre cette apparence, je la trouve plus disgracieuse qu’intimidante. Et puis, mes kimonos finissent en lambeaux ! Car j’apprécie les vêtements de qualité, mon petit penchant matérialiste…

Sur ce, je vous donne rendez-vous pour la suite...
Mieux vaut la froideur que la comédie.
Encore vous ? Moi qui espérais que vous ayez oublié ce soi-disant « rendez-vous ». Enfin, une parole est une parole.

Eh oui, c’est surprenant : un Yokai homme de parole ? Je ne la donne que rarement pour tout dire, mais pour moi elle est sacrée. En fait, je tiens à peu de choses si ce n’est à ce qui m’appartient. Cela comprend mes biens matériels, certes, mais surtout mon territoire et ma famille.
Je suis certes un Oni relativement frigide, dont le mot « glacial » suffit à décrire l’attitude en public. Je ne laisse point paraître mes sourires, mes rires, ou n’accepte de m’enivrer qu’en ayant une confiance totale en mon entourage.

Je suis de ces êtres qui s’offrent tout entier à ceux qui ont su toucher leur essence. Mais en échange, je déteste avec la même force, la même violence, ceux qui violent mes possessions, ou trahissent mon absolue confiance. Je peux devenir le pire des ennemis, car ma rancune est tenace et assombrit sans peine mon jugement qui, pourtant, se veut rationnel.

Je suis en pleine contradiction ? J’imagine, oui. Je prétends être un être froid, calculateur, qui paramètre sa vie et ses décisions sur le fond du bien-être des miens. Je suis du genre à sacrifier mon plaisir personnel pour celui des autres. Et en même temps, je suis un amas d’émotions fortes. Je les retiens, derrière mon attitude, mais lorsque je libère ces émotions… J’ai l’impression d’être noyé, happée, par leur violence.

Il m’est souvent arrivé, dans le passé, de reprendre conscience sans savoir ce que la colère m’avait fait faire. Je suis de ces onis que l’ont peut qualifier de « berserk ». Il semblerait que ma cruauté, ma violence, et ma façon de tuer et de dévorer soient alors des plus sales. Je n’en suis pas fier, je déteste perdre le contrôle. En fait, c’est ça, je suis un Yokai qui déteste le sentiment d’impuissance… pourtant, face à notre monde, je me demande bien ce que je contrôle vraiment.

Je suis un Yokai dans l’incertitude, qui fait croire qu’il sait parfaitement ce qu’il veut. Comme c’est risible…
Le Doute sommeille en chacun de Nous.
Je ne saurais mettre les mots sur les années dans mon histoire, c’est quelque chose qui me reste… compliqué. Le flux du temps… Alors, veuillez me pardonner pour les sensations de gêne due à mes ellipses.

Je suis né quelque part, dans une montagne du pays du soleil levant. Je n’ai jamais connu mon père. Ma mère était une Oni fort, à la peau bleutée même sous son apparence la plus humaine. Je me souviens vaguement de la force qui émanait d’elle, elle contrôlait très bien son Yoki.
J’ignore pendant combien de lunes, je suis resté près d’elle. Ou plutôt, elle est restée à mes côtés. La forêt de notre montagne, c’était mon terrain de jeu. Ma mère protégeait les lieux, cette « montagne sacrée ». Mais un jour, elle fut purifiée. Des prêtres avaient été envoyés, car on estimait que c’était la faute de l’Oni de la Montagne, si les récoltes étaient moins bonnes cette année. Fadaises !

Je perdis mon soutien ce jour-là, et ma haine était forte. Violente. Ce sont les autres yokais de la montagne qui m’empêchèrent d’agir comme un fieffé idiot. Ma vie aurait pu se terminer aussitôt, je me dis. Car je n’étais qu’un enfant Oni.
En tout cas, je vins à grandir en apprenant auprès des passants et habitués. Yokais hein : pas humains. Vous vous en doutiez. L’histoire humaine, sa technologie, lire et écrire, le maniement des armes ou du combat… Je le dois à quelques tanukis et kitsunes, un vieux tengu rabougri, et les autres habitants de la montagne que ma mère protégeait.

Rapidement, je devins son successeur. J’étais le Protecteur, le Gardien de ces terres. Cette tâche fut ma fierté, et même aujourd’hui j’en reste fier. Mais il est des forces que même un Oni ne peut combattre. Un incendie démarra en période de sécheresse. Naturel ou provoqué par un humain ? Voir, par un Yokai. Je l’ignore encore. Cependant, le paysage de ma maison, de mon territoire, emporté par les flammes est vivace aujourd’hui encore. C’était il y a 700 ans pourtant.
Face à la perte de leur foyer, les yokais de la montagne partirent se trouver de nouveaux nids. Moi, je restais là. Je n’avais nulle part où aller… Dans ma grotte de terre, je restais prisonnier de ma petitesse.

C’est alors qu’il arriva. Je ne l’entendis nullement, et ne pouvais pas le saisir quand je le découvris. Insondable, intangible même. Nurarihyon. Il passait par là qu’il vint à me dire. Il semblait avoir connu ma mère, et sa visite n’était rien d’autre qu’un moyen de me sonner les cloches. Quand il s’apprêta à partir, son invitation à le rejoindre me parut salutaire. J’ignore encore pourquoi, mais j’ai accepté. C’est ainsi que je découvris la vie au sein du Hyakki Yako.

J’aimais ce monde de vie, mais surtout, j’aimais cette famille. Oui, le Hyakki était ma nouvelle demeure, le territoire que je devais protéger. Et je n’étais plus son unique protecteur, ce qui allégeait mon fardeau ou mes pulsions les plus violentes. Je n’aimais pas tout le monde, certes, mais au moins j’y avais ma place. Ma plus grande affinité, c’était avec Tsuruko. Une Yokai de grue japonaise, nous formions un duo elle et moi. Le temps nous rapprocha, assez pour que nous nous fassions la promesse de ne pas se quitter.

Un heureux hasard nous permit d’être parents, après un peu plus d’un siècle d’essai infructueux. Notre fils naquit. Il hérita du plumage de sa mère, ce ramage qui traduisait son appartenance à la race des yokais oiseaux. Le temps continua de défiler. Mais ce qui devait arriver : arriva.
Tsuruko aimait se jouer des humains, mais elle aimait aussi aider les humains. Alors qu’elle sauva un village en éliminant le Yokai malfaisant qui empoissonnait leur eau… Elle fut trahie. Les villageois, plutôt que de la remercier, firent appel çà des prêtres pour la purifier. Une fois encore, j’arrivais trop tard. Ma colère, ma rage, me poussa à détruire ce village. Seule la Mort accompagna le paysage.

Ce jour-là, mon fils partit. Pour lui, sa mère n’avait pas eu tort d’aider les hommes. C’était à cause des êtres comme moi, qui les tuent par vengeance, qu’ils ont peur et font n’importe quoi. Ma conjointe était morte par la faute du Hyakki, par ma faute : selon lui. Il coupa les ponts, emportant le pendentif de jade de sa mère avec lui. Je ne l’ai plus jamais revu… Et ma colère à son égard était grande. Même aujourd’hui, je lui en veux encore, même si certaines circonstances rendent mon jugement plus difficile.

Ma vie continua, je devins cet Oni bien plus glacial que l’on connait aujourd’hui. Je préférais intérioriser ma violence. Au fond, les dires de mon fils avaient fait mouche. Et la mort de Nurarihyon me blessa plus que je ne l’aurais cru. Le fait que Ieyasu devienne le nouveau chef, je n’avais rien contre, mais je ne pouvais pas rester. Pour moi, le Hyakki était ma famille, car Nurarihyon et celle que j’aimais y étaient. Les deux partis, le vide était là. Et l’attitude de Ieyasu était bien trop paternaliste avec nous, comme lui. Or, je n’avais qu’un seul Père, je n’en voulais pas d’un deuxième.

Ma vie fut alors de vagabondage. Je m’intéressais aux arts, et vivais d’ermitage en ermitage. Il y a de cela 15 ans, je m’installais au village d’Yo. Me dissimulant, j’utilisais des richesses dérobées pour acquérir une demeure agréable. Je devins « Peintre ». Un excentrique qui refusait tout contact avec la clientèle. Je passais par une connaissance tanuki pour les échanges avec les humains. Enfin, j’acceptais de rencontrer de la clientèle Yokai.

Les évènements d’il y a 10 ans, je les ai observés sans agir. Mais depuis ce jour, j’ai arrêté de vivre confiné dans ma demeure. Avec le Hyakki dans la ville, j’observe. Je me questionne aussi sur les raisons de tout cela, et sur ma place à l’égard du groupe. Devrais-je y retourner ? Ou devrais-je rester là, à détester les humains ? Alors que je réfléchissais encore à tout ça, une humaine toqua à ma porte. Une femme, enceinte, portant le bijou de Tsuruko. Une humaine provenant de Kyoto, qui vint à m’apprendre que mon fils avait été attrapé, et qu’il était désormais domestiqué. Une humaine qui avait pris le risque de rejoindre Yo, tout en portant en elle la vie de mon petit-fils.

Je la pris en charge, tout en la cachant. Mais elle ne survécut pas à la mise au monde de son petit. Désormais, me voici avec un enfant Hanyo à charge. Cette part d’humanité, je ne l’accepte pas… Mais le fait est que je ne tolère pas non plus l’idée que ma chair, mon sang, soit actuellement « domestiqué » par les humains. Ma colère croit et gronde, mais mon indécision me retient. Qui sait ce que je déciderais… Pas moi en tout cas !
Lou Ainsel
Feat de l'avatar : Takamori Ankoku / OC — Solyane21

Ton âge : 26

Souhaites-tu rejoindre l'une des intrigues disponibles ? : Et bien, j'attends de les découvrir mais ce sera volontiers ♥️

Quel est ton type de RP favori ? : Politique, Enquête... Mais aussi Romance, Aventure, Action. Et même "Tranche de Vie"... Ok, je ne suis pas compliquée.

Comment es-tu arrivé-e ici ? : Fonda Land ?

Que penses-tu du forum ? : Je le trouve magnifique ! Et puis, franchement, il est harmonieux, et a tous ce qu'il faut pour que je tombe en mode "love" ! ^^

Un commentaire ? Une suggestion ? : Hum, car ça a été demandé sur la CB... Voici les liens de l'artiste ayant réalisé mon vava XD Cela passe bien en commentaire ;)

https://solyane21.deviantart.com/
http://lindaemdo.wixsite.com/lindae
http://matarragon.wixsite.com/legendutopia
http://solyane21.tumblr.com/
https://www.facebook.com/Solyanelegendutopia

Voilà !

Le code du règlement : Validé - Setsuna
Oni
avatar
Race : Oni.
Localisation : Yo.
Métier : Peintre.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oni no Takamori

Message  Kigiku Shirayuri le Mar 17 Avr - 21:09

Rebienvenue Takamori
Ton début de fiche est génial !
Pour origine, tu as mis Japonais mais pour les yōkai c'est plutôt : kitsune, nekomata, oni... Du coup j'ai modifié.
Courage
Humaine
avatar
Race : Humaine
Localisation : Nin
Métier : Fille adoptive du daimyō de Nin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oni no Takamori

Message  Takamori le Mar 17 Avr - 22:51

Merci :D

En tout cas, j'ai terminé la fiche !
J'espère que cela vous plaira et si y'a quoique se soit à corriger : je ferais au mieux ♥️
Oni
avatar
Race : Oni.
Localisation : Yo.
Métier : Peintre.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oni no Takamori

Message  Mangetsu Setsuna le Mar 17 Avr - 23:16

Verdict
J'ai lu toute ta fiche et au niveau du fond, tout va bien !
Par contre en ce qui concerne la forme, comme tu l'as toi même dit tu ne t'es pas relu et... ça se voit un peu ^^'
Rien de grave cependant, principalement des fautes de frappe qu'on te laisse corriger :3
Tu es donc validé !  

Ce que tu dois maintenant faire
Maintenant que tu es validé, tu dois :
- Compléter ton profil
- Recenser ton avatar
- Recenser ton groupe
- Éventuellement faire ta fiche de liens
- Et/ou remplir une demande de RP
- Puis gambader dans la zone RP !

Amuses toi bien parmi nous


Setsuna vous charme ou vous tue... en #AF17D5


Merci à Eichi pour cette super signa

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oni no Takamori

Message  Takamori le Mer 18 Avr - 6:35

Merci pour cette validation :D
J'ai édité ma fiche avec une petite correction "by Antidote" donc, ça devrait moins arracher les yeux ;) lol

Sur ce, je vais aller faire tout ça ♥️
Oni
avatar
Race : Oni.
Localisation : Yo.
Métier : Peintre.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oni no Takamori

Message  Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum